Slovaktually (Lolo encore)

On a quitté Prague aujourd’hui. Le camping commençait à être bien plein (je vous épargne la description de l’état de la douche d’aujourd’hui…), la fille qui s’occupait du camping nous a laissé utiliser Internet pour récupérer les directions pour Bratislava et on est parti.

La route était très tranquille sans rien de remarquable. On s’est arrêté un moment pour manger des sandwichs-triangles en mousse, mais sinon c’était presque du tout droit jusqu’à la frontière.

En la traversant on a acheté la vignette autoroutière (5 €) et puis on s’est arrêté à un petit resto de motards bien Hells Angels, au bord de la route (Nono, c’était un resto pour toi ;). Après un petit espresso, on est reparti.

On est arrivé à Bratislava, et normal on s’est perdu pendant un moment (merci Mappy), mais heureusement il n’était que 16h donc s’est retrouvé facilement. Le camping était vraiment grand, plus industrialisé (on aurait dit un ex-goulag transformé en camping 😀 ), mais sinon c’était tranquille, au bord du lac Zlaté Piesky. On s’est baigné dedans et puis on est parti au centre ville après une petite douche sans savon, vu que Tom a oublié le Axe Aux Herbes Du Tigre dans la douche de Chtulu à Prague

Le moyen de transport était des trams un peu comme dans Prague, mais certains modèles de trams étaient un peu plus vieux. On a du marcher un peu mais on est arrivé dans le vieux centre de la ville. Il faut avouer qu’avant d’arriver dans le centre (Stare Mesto) on est vraiment immergé dans le communisme, comme a cité Lolo « Le capitalisme est une répartition inégale des richesses, le communisme est une répartition égale des pauvretés ».

Petit détour au Tesco pour racheter entre autres du Gel douche « Tesco congo for men », ersatz cheap de Axe. Tant pis pour le Tigre aux herbes.

Dans le vieux centre, il y a deux choses qui choquent; il est très sympathique et pittoresque, avec plein de cafés, bars et resto, comparé aux autres parties de la ville, et la Slovaque. Si c’est vrai que la Tchèque nous avait déjà impressionné, la Slovaque nous a époustouflé, chaque une avait un short plus court que la précédente (d’ailleurs à la fin de la soirée on a vu une passer qui a même fait tourner la tête des Slovaques, qui a mon avis devrait pourtant être habitués). On comprend un peu mieux d’où vient Adriana Karembeu… Après un tour rapide, on a décidé de manger dans un resto avec des plats traditionnels:
– Un plat avec comme des gnocchis avec du fromage de brebis fondu par-dessus et des lards.
– Un plat avec des médaillons de porc dans une sauce de moutarde à l’ancienne et miel, avec des patates rôties.

C’était très bien, bien remplissant aussi. On a bien sur accompagné le plat avec de la bière, une Slovaque, qui est aussi bonne que la Tchèque.

Après en sortant on s’est promené un peu, on a aperçu le château de Bratislava de loin, on est passé par le quartier juif, par la Cathédrale et finalement par les quais du Danube. Ensuite on s’est dirigé vers un arrêt de tram parce que d’après la dame de la réception du camping le dernier vers Zlaté Piesky était à 11h30…sauf qu’en arrivant à l’arrêt, on s’est aperçu que le dernier était à 10h09…

On sentait que la loose commençait à s’abattre sur nous, mais on s’est pas laissé faire. On a vu qu’il y avait des bus de nuits, parfait! Surtout qu’on voulait rester un peu plus longtemps dans le centre, qui était vraiment classe.

On a visité de façon plus calme le centre et puis on a pris une bière en terrasse (il fait chaud à Bratislava). Un aspect du centre ville qu’on a trouvé sympathique, c’est la présence de statues très discrètes éparpillées un peu partout. La plus connue est celle d’un monsieur qui sort d’une fausse bouche d’égoût et qui regarde la rue avec un panneau de travaux à côté de lui. Il y a aussi un monsieur qui dit bonjour avec son chapeau, un paparazzi qui prend des photos des passants, caché derrière un coin de rue, celui qu’on appelle « le Français », un monsieur avec un bicorne s’appuyant sur un banc, un monsieur tenant la garde comme s’il était devant un palais et finalement un monsieur entouré d’animaux.

Quand il fût l’heure de partir, on s’est dirigé vers l’arrêt de bus, sauf qu’on trouvait plus l’arrêt! On voyait parfaitement par où passait la ligne (les bus sont électriques et suivent de câbles, un peu comme des trams), mais il n’y avait pas d’arrêt. On commencé à s’inquiéter, l’heure de passage de bus approchait et pas d’arrêt. On a vu le bus arriver au loin, en ne sachant quoi faire d’autre, on l’a appelé un peu comme si c’était un taxi… et il s’est arrêté! Sauvés… par la suite on a pu se rendre compte que le bus de nuit a des rares arrêts obligatoires, mais plein d’autres où soit il faut annoncer qu’on descend soit l’appeler pour monter.

<mode geek>
Il faut dire que bizarrement, Bratislava ressemble à la Matrice. Outre le fait d’avoir croisé plusieurs Femmes en Robe Rouge, on n’a pas arrêté de se paumer. Pourtant le centre ville est carré, la ville fait 500 000 habitants mais fait un peu penser à Rouen niveau répartition centre/banlieue. On n’avait pas bu plus d’une ou deux bières et le soleil qui certes tapait fort était couché depuis longtemps. Malgré tout ça, on a tourné en rond comme jamais. Lolo dont les pieds le faisaient souffrir en a conclu que nous étions dans une forme de Matrice slovaque. C’est vrai qu’on a aussi croisé à deux reprises la même Femme à la Salopette Bleue, et il était difficile de ne pas remarquer ce bug.
</mode geek>

Bon la soirée était finie, et puis demain on reprenait la route pour aller à Vienne.

Leave a Reply