Canard WC Land 1

On est parti de Zagreb ce matin, en faisant une pause course à Ipercoop. Lolo encore une fois avait refusé d’acheter des tongs, mais sinon on a pu acheter ce qu’il nous fallait, même le produit vaisselle avec une éponge (eh oui pour l’instant on lavait nos affaires à l’eau, ça faisait plus baroudeur).

On visait les lacs de Plitvice, connus du fait qu’ils se versent les uns dans les autres. Pour y arriver, il n’y avait vraiment de route absolue donc on avait décidé de prendre une petite nationale pour y arriver.

La nationale, se revelait être plutôt une départamentale ou une speciale de rally, comparé à l’autoroute, elle était bien plus pittoresque et pourrie. Tom s’est bien amusé à faire du rally dessus. Heureusement qu’il y avait des panneaux qui indiquaient que la route était sinueuse (après 5 virages). La route était pour le moindre bien sympa, et on a même pu apercevoir les vestiges de la guerre civile; des maisons écroulés, des maisons abandonnés avec des trous de balles, des fôrets avec des panneaux « Attention champs de mines », bref ça faisait bizarre sachant qu’aujourd’hui le coin était calme et repossant.

En arrivant dans le parque national, nous avons remarqués un endroit où il était interdit de garer et où il y avait plein des camping cars non garés dans la zone. Alors nous avons décidé aussi de ne pas se garer dans l’aire, mais malheureusement un garde parque est venue pour virer tout le monde qui était là. On a alors posé la voiture dans la parking officiel, caché au millieu de la fôret, où nous nous somme preparés à manger.

Après on a visité les lacs. Remarquant qu’il y avait un bus attrappe couillons qui amenés les touristes sur les sites où l’on voyait mieux les chutes, on a décidé de partir à l’aventure et d’y arriver par nos propres moyens (moins CHER!). On a traversé de longs champs en bitumite, cimentite et même de l’escalite (déjà observée au Venezuela pour ceux qui y étaient) pour y arriver à la fin de nos périples. Les lacs étaieent vraiment magnifique, avec une couleur bleu que l’on aurait dit canard WC, et plein des chutes vertigineuses qui décorés le paysage. Heureusement le parque avait bien su garder son côté naturel, avec presque aucun touriste, pas de café/bar aux arrêts du bus attrape toutou, pas du tout polluant avec des moteurs électriques, même pas de bateaux pour traverser le lac le plus bas ;) . Bien entendu les autoctonnes parlaient les patois locales (italien, français, allemand…).

Après notre dangereuse aventure on a continué notre chemin vers Zadar la cité des Dieux, on a trouvé le camping assez facilement malgré le fait qu’on était parti sans plan ni adresse.

Le soir on s’est installé à côté de la plage, en face des Normands…on a commencé à préparer à manger. Les Normands en face avaient fait des pâtes sans sel, sans huile et sans sauce, moi j’avais fait en entrée un avocat accompagné par une omellette au chorizo Croate :D On s’est posé pour manger cette délicatesse au bord de la plage, et on remarqua qu’à côté un jeune homme essayait de charmer une jeune demoiselle, « cachés » dans la cabane sur pilotis du maître nageur. On est donc restés juste en dessous afin de ne pas les déranger, en faisant bien sûr aussi peu de bruit que possible.

La soirée a fini dans un petit bar assez flex, à côté du camping.

One comment on “Canard WC Land

  1. Reply maillle-kheul août 27, 2007 13:17

    Y a pas que les maisons la bas avec des trous de balles, il parait qu’il y a aussi des 405 …

Leave a Reply