Making of Le Journal de Nono

Vous vous demandez sûrement comment on fait pour vous délivrer quasiment en temps réel le récit de nos palpitantes aventures. Ce n’est pas toujours évident. Cela se fait en plusieurs étapes: premièrement, nos reporters d’élite bravent tous les dangers pour prendre des photos grâce à leur arsenal numérique ultra-perfectionné (quand les piles de Nono sont chargées). Ensuite, on n’arrive pas à transférer les photos de Nono sur le tout nouveau portable PowerBook G4 12″ de Gabi, alors on utilise les photos des appareils de Gabi et de Mélinée. Pendant ce temps Tom réalise le futur film officiel de notre voyage, qui sortira dans les salles en même temps que le prochain Michael Moore.

Une fois les photos transférées, les plus représentatives d’entre elles sont sélectionnées et redimensionnées sous Photoshop par notre équipe d’infographistes. Ensuite, Nono rédige dans un éditeur de texte les bulletins quotidiens que le monde entier attend. Tout ceci est fait hors ligne, sur le portable de Gabi. Comme nous n’avons qu’un accès limité et irrégulier à l’Internet (via des cybercafés certes bon marché mais qui bien souvent ferment trop tôt pour nous), il est fréquent que l’on prépare plusieurs jours du journal avant de les mettre tous en ligne d’un coup. Une fois les photos et le texte prêts, ils sont copiés sur une clé usb.

Dès que l’on trouve un accès Internet, on utilise la clé usb et on envoie les photos sur le site de Tom, puis on crée les pages du journal avec un simple copier/coller du texte déjà rédigé. L’envoi des photos est assez long car au Vénézuela le 56k règne encore en maître, mais une fois ceci fait, la création des pages ne prend que quelques secondes grâce à la super interface d’administration du site.

Cette technique parfaitement rodée nous permet donc de vous donner un maximum d’informations tout en minimisant le temps de connexion nécessaire. Cela explique le fait que malgré la quantité de mises à jour du site, nous envoyons peu de mails et nous n’utilisons quasiment jamais MSN.

Nous partons demain pour une semaine dans la Gran Sabana, au sud est du pays, près de la frontière brésilienne, avec deux fois 9h de car. On ne sait pas si on pourra avoir accès à l’Internet dans les villages indigènes que nous allons traverser, aussi ne vous inquiétez pas si les prochaines mises à jour sont un peu longues à venir… c’est le prix à payer lorsqu’on baroude à travers le monde.

< Masquer les messages (2 message(s)) Pierrot 22/08/2005 15:39:24 Mon Dieu, mais qui eut crut que derriere, ces pages au combien magnifique, se cachait tout un arsenal tout aussi magnifique... Messieurs je vous felicite, vous contribuez, a votre facon, a l'arrive des nouvelles technologies dans le tier monde. Chapeau bas... Véro 26/08/2005 15:03:42 Moi je trouve la photo beaucoup plus intéressante que le texte, mais merci tom de nous renseigner nous pauvres innocents qui sommes restés en France de la facon vraiment intéressantes dont vous faite sle site, je suis super heureuse da savoir tout ca!!!

Leave a Reply